COTAGENE

COTAGENE

Contrôle de l'Orobanche cumana du tournesol par des leviers agroécologiques et génétiques

Projet régional
Financement : Plant Alliance
Equipe(s) impliquée(s) : VASCO
Début  : 2023
Fin : 2025
Responsable : Célia Seassau

Description :

Le tournesol est une culture oléagineuse majeure en France. Peu dépendante aux intrants et à l’irrigation, elle présente des avantages pour faire face au changement climatique et aux plans de réduction du recours au produits phytosanitaires. Néanmoins, ses rendements stagnent autour de 20 à 25 q/ha. Des facteurs biotiques peuvent significativement réduire ce rendement. L’orobanche du tournesol (Orobanche cumana) est une plante holoparasite épirhize en expansion en France depuis 2007, qui cause déjà des dommages importants dans d’autres pays européens. La stratégie actuelle de lutte contre O. cumana repose sur le choix de variétés résistantes, pouvant être associées à des herbicides. Une utilisation régulière de variétés résistantes a favorisé l’apparition de races d’orobanche plus virulentes, contournant les résistances, et l’utilisation d’herbicides est peu durable, dans un contexte de réduction d’intrants.
Les Brassicacées, communément utilisées comme cultures intermédiaires, sont connues pour leurs effets allélopathiques, grâce à la production de molécules telles que les isothiocyanates (ITCs). Des ITCs peuvent avoir un effet biocide contre des bioagresseurs telluriques (champignons, bactéries, nématodes, adventices), et leurs effets sont amplifiés lors de la pratique de la biofumigation, qui consiste à broyer et enfouir le couvert à la floraison, pour libérer les ITCs dans le sol. L’efficacité des Brassicacées et de la biofumigation à contrôler O. cumana en plein champ n’a jamais été évaluée. Cependant, les porteurs du projet COTAGENE ont observé des inhibitions significatives de la germination et de fixation de l’Orobanche sur des plantules de tournesol après exposition à certains broyats de Brassicacées in vitro.
L’objectif du projet COTAGENE est d’identifier les mécanismes sous-jacents à l’effet des Brassicacées et de la biofumigation pour le contrôle de O. cumana, en déterminant les facteurs favorables à l’efficacité de cette méthode innovante de protection agroécologique contre ce bioagresseur. Cela passera par le choix de variétés et espèces de Brassicacées, l’identification de leurs profils en glucosinolates (GSL), leurs concentrations pour une régulation efficace, et les variétés de tournesol les mieux adaptées à ce nouvel itinéraire technique. Cette stratégie pourrait permettre de réduire la fréquence d’utilisation de variétés de tournesol résistantes à l’orobanche pour limiter l’évolution de la virulence des populations d’orobanche et le recours aux herbicides.

Date de modification : 11 septembre 2023 | Date de création : 29 septembre 2022 | Rédaction : webmaster